Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

       

 

                                   Balzac, enfant                                                                                                            Balzac - portrait

                                                          Balzac, enfant    

 

 

                               " Shakespeare seul, a enfanté une humanité aussi large et aussi vivante."  Zola

 

 

 

 

 

                      HONORÉ de BALZAC (1799-1850)

 

 

 

                                                                      Honoré de Balzac         

 

                                                                         « J’appartiens à ce parti d’opposition qui s’appelle la vie ! » Balzac         

 

 

 


Honoré de Balzac, considéré comme un des plus grands écrivains français, s’avère le  maître incontesté du roman réaliste, autour d’une œuvre monumentale : la Comédie, humaine, dont l'ambition est de décrire la société française de son temps, et faire « concurrence à l'état-civil ».

 

 

1831 : À la suite de ses premiers succès, Balzac partage avec les " lions " une loge à l'Opéra. Il fréquente les cafés chics des boulevards, s'habille avec élégance, joue les dandys

 

 

                  1839 Le dandy Balzac aux Tuileries par Cassal                                                             

 

 

« C'est à cette époque que se rapportent ses velléités d'élégance et de dandysme, son habit bleu à boutons d'or massif, la fameuse « Massue à pommeau de turquoises », les apparitions aux Bouffes et à l'Opéra, et les visites plus fréquentes dans le monde, où sa verve étincelante le faisait rechercher, visites utiles d'ailleurs, car il y rencontra plus d'un modèle ". Théophile Gautier

 

 


                                                                                                        Balzac caricature canne 2

 

 

« Oscar Husson, second clerc de notaire, à la tentation de l’élégance. Il « alla flâner sur les Boulevards en attendant l’heure du déjeuner. Comment ne pas promener cette belle toilette qu’il portait avec un orgueil et un plaisir qui se rappelleront tous les jeunes gens qui se sont trouvés dans la gêne au début de leur vie ? Un joli gilet de cachemire à fond bleu et à châle, un pantalon de casimir noir, bien fait, et une Canne à pomme de vermeil achetée de ses économies, causaient une joie assez naturelle à ce pauvre garçon. »

1844 - Un début dans la vie

 

« Henri avait un courage de lion, une adresse de singe... Il savait battre un homme du faubourg au terrible jeu de la savate ou du bâton ; puis, il touchait du piano de manière à pouvoir se faire artiste s'il tombait dans le malheur… Hélas ! toutes ces belles qualités, ces jolis défauts étaient ternis par un épouvantable vice : il ne croyait ni aux hommes ni aux femmes, ni à Dieu ni au diable. »  

1834 - La fille aux yeux d'or

 

 

 

                   Balzac - Ferragus, canne

 

 

 

1833 : Balzac entame une correspondance avec la comtesse Hanska… elle durera 17 ans; il la rencontre en Suisse, en Saxe, en Russie... Le 18 août 1834 il commande à un orfèvre et joaillier parisien, Lecointe, cette fameuse "Canne à ébullition de turquoises à pomme d'or ciselée"  qui aura bientôt plus de succès on France que toutes ses œuvres.

 

La Canne de Balzac dite " Canne aux Turquoises ", reste auréolée de mystère. Pourquoi Balzac a-t-il commandé cette Canne ? Était-elle le témoin d’un triomphe amoureux avec Mme Hanska, une admiratrice ?

 

 

 

                                               Eve Hanska - balzac                                          Eve Hanska, balzac

 

 

 

Les réactions des contemporains de Balzac sont vives. Les caricatures de Balzac et sa canne à "ébullition de turquoises " deviennent fréquentes. En 1835, l’artiste Dantan Jeune réalise une statuette représentant Balzac bedonnant, édenté, cheveux longs, tenant d'une main un chapeau haut de forme, et de l'autre sa « massue » qui lui arrive jusqu'à l'épaule. Il en effectuera une seconde, représentant l’auteur de la « Comédie humaine » avec une Canne ventrue ainsi qu’une abondante chevelure et un chapeau.    

 

 

                                        Balzac et sa canne sulpture de Dantan                                     

 

 

Cette Canne attise la curiosité, le pommeau semble détenir un secret : saura t’on jamais, s’il s’agissait de cette mèche de cheveux blonds qui sentait la jeunesse, avec cette inscription : « Devinez ! » ; ou bien une miniature d’Eve Hanska nue, que la jolie comtesse polonaise aurait promptement enlevé, à la mort du célèbre écrivain ?

 

 

1835 : Lettre à Madame Hanska 

 « Vous ne sauriez imaginez quel succès a eu ma Canne, ce bijou qui menace d’être européen.  Revenu d’Italie, Borget me contait en riant, qu’en en parlait à Naples et à Rome. Tout le dandysme de Paris en a été jaloux. Pardonnez-moi, mais il paraît que ce sera matière à biographie ! »

 

 

                                                           

 

              La Canne aux turquoises de Balzac - pommeau                     La canne aux turquoises de Balzac - pommeau                    La canne aux turquoises de H. de Balzac - pommeau
 

 

 

 

La  « Canne aux turquoises », provoque de vives réactions dans la littérature du XXe siècle (caricatures, romans, essais, allusions...) Balzac et sa Canne forment un couple aussi inséparable que Flaubert et son perroquet, Nietzsche et son parapluie.

 

 

 

                            Balzac et sa Canne caricature profil

 

 

« Sur le devant d’une loge d’avant-scène, se pavanait une Canne. Etait-ce bien une Canne ? Quelle énorme Canne ! À quel géant appartient cette Canne ? Sans doute c’est la Canne colossale d’une statue colossale de M. de Voltaire. Quel audacieux s’est arrogé le droit de la porter ? Tancrède prit sa lorgnette et se mit à étudier cette Canne monstre. Il aperçut alors au front de cette sorte de massue, des turquoises, de l’or, des ciselures merveilleuses ; et derrière tout cela deux grands yeux noirs, plus brillants que les pierreries. 

 

La toile se leva ; le second acte commença, et l’homme à qui appartenait cette Canne, s’avança pour regarder la scène. Pardon, monsieur, dit Tancrède à son voisin, oserai-je vous demander le nom de ce monsieur qui porte de si longs cheveux ?

 

C’est M. de Balzac !  

 

Ah ! Monsieur je vous remercie 1000 fois. Tancrède se mit de nouveau à lorgner M. de Balzac et sa Canne. Mais cette Canne le préoccupait. Comment, se disait-il, un homme aussi spirituel a-t-il une si vilaine Canne ? Peut-être contient-elle un parapluie, il y a un mystère là-dessous. » 

 

 « ...Au milieu de la nuit Tancrède se réveilla. Il était agité, tourmenté. Il pensait, pensait, il pensait vite et malgré lui. À cette jolie femme qui voulait l’aimer ? Non, ce n’était pas un rêve d’amour. À Mme Lennois qui voulait l’épouser ? Non, ce n’était pas non plus un cauchemar. Il pensait… à la Canne de M. de Balzac ! Mme Lennoix, c’était un danger passé, la jeune coquette, c’était une aventure dont le dénouement était revu, mais cette Canne, cette énorme Canne, cette monstrueuse Canne, que de mystères elle pouvait renfermer ! »

      

 

                     Madame Emile de Girardin - delphine Gay 1           

 

 

« … Et M. de Balzac passe pour un homme de génie ! Ô charlatanisme ! C’est la Canne qu’il faut admirer, et non l’homme qui la possède ; il n’a tout au plus qu’un mérite ; la manière de s’en servir ».  

1836 - La Canne de Mr de Balzac - Mme de Girardin

 

 

 

                                 Balzac - Rodin - buste                                               Balzac et sa canne caricature     

 

 

 

« À quoi M. de Balzac doit-il sa réputation européenne ? Un peu sans doute à ses romans, mais surtout à sa Canne. M. de Balzac, vive Dieu, celui-là comprend toute la poésie de la Canne, il en a approfondi l’usage, il en a perfectionné la façon ; aussi, lorsque ses livres seront oubliés, ce qui ne peut tarder, son nom surnagera encore à califourchon sur sa Canne. » 1837 - Boitel

   

 

 

                     1844 Balzac par Charles-Louis Bazin                                        La canne de Balzac - caricature

 

 

 

« À l’Opéra, sa magnifique Canne, son Bâton de maréchal littéraire, qu’il roulait dans ses mains, étincelait de millions de feux, à l’éclat de tous les becs de gaz des candélabres, frappant sur les rubis, les émeraudes, les diamants, dont la pomme était enrichie. La salle était comble : Frédéric Lemaître et Serres jouaient dans l’ « Auberge des Adrets ». Bientôt arrivèrent distinctement à nos oreilles, partant des loges, balcons, galeries ces mots : « C’est Balzac ! C’est Balzac ! Avec sa Canne ! ». Et lui, le grand enfant vaniteux, radieux de se pavaner, de sourire alternativement à ses voisines, de se trémousser, de faire scintiller de plus belle, les feux des pierres précieuses de sa Canne, fou de joie dans son fauteuil. Il fut le héros de la soirée. On ne s’entretenait que de lui, de sa Canne… On n’écoutait plus la pièce, Lemaître déclamait dans un désert, on ne regardait que Balzac, et sa gracieuse compagne… »

 

 

« Février : j’invitais à dîner Balzac et quelques amis, il était convenu que j’aille le chercher à Chaillot. Il avait commandé son coupé pour 4h. Nous montâmes en voiture, lui, sa Canne et moi. Au cours du repas qui suivit, il se passa un incident qu’il m’est impossible de garder sous silence. Fut-ce caprice de cette Canne volage, désireuse de changer de maître, fut-ce étourderie impardonnable de son heureux possesseur ? Ce qu’il y a de certain c’est qu’au moment du départ de Balzac, sa fameuse Canne ne s’y trouva pas !... elle avait disparu !... Vainement  nous cherchâmes dans tous les coins et recoins de l’appartement… Point de Canne nulle part ! L’illustre écrivain était en proie à une inquiétude extrême, ses traits étaient bouleversés…

 


« Messieurs ! Assez de ce jeu cruel ! Je vous en supplie ! Au nom du ciel, rendez-moi ma Canne !... » Et il s’arrachait les cheveux… mais nous ne pouvions lui rendre ce que nous n’avions pas. Il était en butte à un violent désespoir, et j’étais certain, qu’aucun de nos amis, n’aurait été assez barbare pour cacher le précieux bijou. J’offris à son propriétaire d’aller à la recherche de la Canne, j’étais résolu d’aller dans tous les lieux où notre grand étourdi avait fait des visites. Il accepta. Je revins au bout de 2h qui avaient paru 2 siècles de tortures pour lui. Hélas, 3 fois hélas ! Je ne rapportai rien.

 

 

À cette accablante nouvelle, notre grand romancier s’évanouit… oui ! Très sérieusement, il s’évanouit… Quand il reprit ses sens, je lui dit : « Allons, ne vous désespérez pas ainsi ! Je vais courir chez votre loueur de voiture, 118 rue du Bac, peut-être l’avez-vous oubliée dans votre coupé. Il ne voulut à aucun prix me quitter, j’étais sa dernière planche de salut, il s’attachait à mes pas, à mes habits, il faisait peine à voir. Nous tombâmes comme une double-bombe chez le loueur de voiture. Notre coupé n’avait pas été visité, nous y courûmes : la magnifique Canne s’y prélassait, la coquette ! Nonchalamment couchée dans un coin, elle ne paraissait pas se douter le moins du monde, de toutes les inquiétudes qu’elle nous causait. Qu’on juge de la joie d’Honoré, en retrouvant son inséparable compagne ! Cette partie intégrante de son être, dont l’absence passagère lui avait été aussi sensible, qu’aurait pu l’être pour lui la perte du manuscrit inédit et « terminé », d’un de ses chefs-d’œuvre ! » 

 

1859  Werdet Souvenirs d’un libraire 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 « Chez Balzac, toutes les âmes sont des armes chargées de volonté jusqu'à la gueule. » Baudelaire

 

 

 

 

 

                          Balzac - Vautrin                               Balzac - Le père Goriot 1                           Balzac, Gazonal, canne

 

 

 

 

                                                          Balzac, le père Goriot, rastignac                              Balzac, le lys dans la vallée

 

 

 

 

                                                        Balzac et le cousin Pons                                Balzac, Vautrin arrestation, cannes

 

 

 

 

« 1829. Cet autre gardien était pourvu, selon la mode anglaise, d’une Canne appelée « Bâton de longueur », que connaissent les Bâtonnistes et avec laquelle ils peuvent défier plusieurs assaillants…» 

Splendeurs et misères des courtisanes - 1838

 

 

"Il prit une Canne en fer avec laquelle il faisait souvent des moulinets en homme qui n'aurait pas craint d'être assailli par 4 voleurs..."

 Le Père Goriot - 1834

 

 

« Dans l’espérance qu’une femme, une anglaise, une étrangère quelconque, ou une veuve pourrait s’amouracher de lui, il étudiait l’art de jouer avec une Canne et de lancer un regard à la manière dite « américaine », par Bixiou.. »

La Maison Nucingen - 1837

 

 

 

 

                        Balzac- un profil de David d'Angers -1843                                           portrait eve hanska Balzac

 

 

Le 14 mai 1850, Honoré de Balzac épouse enfin, Eve Hanska,  mais il meurt le 18 août, le jour même ou il l’avait commandée sa Canne, 16 ans plus tôt...

 

 

 

 

 

 

         Balzac, homme élégant avec une canne, Balzac    

 

« Qui peut se vanter d'être aussi heureusement doué, et de ne pouvoir appliquer une méthode qui lui permette de revêtir, à coup sûr, de lumière et de pourpre la pure trivialité ? Qui peut faire cela ? Or, qui ne fait pas cela, pour dire la vérité, ne fait pas grand-chose."  Baudelaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by