Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

- Les dandys.

- Les "années folles".

- Chansons et dandys.

 

 

 

                                Dali et sa canne                                                                                     Canne à système - loupe mode           

 

 

 

                                « L'esprit d'un homme se devine à la manière dont il porte sa canne.»  Balzac

 

 

 

Porter la canne est un art qui se devine et ne s’apprend pas. Celui qui n’est pas venu au monde avec des dispositions naturelles ne la portera jamais avec grâce. Suivant de quelle manière on la tient, elle vous prête l’air d’un niais, d’un homme d’esprit ou d’un bourgeois important. Elle possède même le pouvoir de donner de la contenance à celui qui en manque.

 

« Aimez-vous les marchands de Cannes ? Il y en a partout ; j’en rencontre un dans ma rue, 20 fois par jour. C’est un brave homme, somnolent et familier. Il vous aborde d’un air placide, et soulève sans parler, le jonc qu’il tient à la main ; si vous détournez la tête, il vous lance tout doucement une injure, qui ne met en colère personne, tant il paraît convaincu.

 

Si vous le laissez prendre possession de votre personne, c’est fait de vous, il ne vous lâchera pas… Quittez-le ! Il soulèvera sa Canne machinalement d’un geste suprême, puis s’en ira flâner d’un autre côté, après vous avoir apostrophé !

 

Ce garçon est l’ami de tous les cochers de fiacre, des commissionnaires, de tous les marchands d’habits, près desquels il s’arrête à tout heure, gesticulant avec abandon, leur « expliquant » ses cannes, les unes après les autres. Il finit par aller boire avec eux autour d’un canon qu’il leur offre ; ces derniers se montrent plein de tolérance, écoutent ses histoires, le flatte, rient de ses calembours et lui tapent sur le ventre : cela le rend parfaitement heureux. »

 

1858 Ce qu’on voit dans les rues de Paris. Victor Fournel 

 

 


                                  Le marchand de canne au 19e siècle                                    Canne et chapeau haut de forme - mode 19e siècle                                                                                                         

 

 

 

 

 

 

 

                                             LES DANDYS

 

 

 

« Le dandysme impose de choisir dévotement sa canne : La canne rustique en bois noueux, ganse de cuir toléré jusqu’à 10 heures du matin : après, vous seriez infailliblement compromis. Prenez ensuite, pour les affaires, les visites, la canne de jour. Le dernier ton vous conseille la « canne-mailloche » dont la crosse en ivoire, la tige en bois des îles sont à section carrée, de profil anguleux. Puis le soir, voici la canne de théâtre : bois précieux, essence rare, surmontée d‘un pommeau d’ivoire simple net et mince. »

 

« …La corne de rhinocéros constitue la référence, malheureusement cette admirable substance reste introuvable et hors de prix. Rejetez absolument les têtes sculptées, les manches argent ; ils sont démonétisés, trop second Empire… Il s’agit de porter élégamment ces bois précieux, car la canne est un signe de distinction sociale qui assure la démarche et donne de l’élégance à la tournure. Elle fait tendre le jarret, cambre la taille et rythme le pas. Tout cela exige de l’éducation, du tact, de l’intelligence et une louable application. »

 

 

1830 : Lancé par Georges « Beau » Brummel, le Dandysme gagne la France : Barbey D’Aurevilly, Baudelaire, puis Loti, Cocteau, Dali et Montesquiou en seront les plus illustres représentants.



 

                         Montesquiou Robert de Boldini XXX                      Brummel1                     Pierre Narcisse Gérin                  

 

 

 

« Mon père était un domestique très respectable, mais qui avait su, lui, se tenir à sa place toute sa vie. » Brummel

 


 

                                                       Dali et sa canne                                                  Wilde Oscar avec sa canne

 

 

 

« Le dandy doit avoir un air conquérant, léger, insolent ; il doit soigner sa toilette, porter des moustaches ou une barbe taillée en rond comme le disque radieux du soleil ; il décèle la fière indépendance de son caractère et gardant son chapeau sur sa tête, en se roulant sur les sofas, en allongeant ses bottes au nez des ladies assises en admiration sur des chaises devant lui ; il monte à cheval avec une Canne qu’il porte comme un cierge… Il faut que sa santé soit parfaite, et son âme toujours au comble de cinq ou six félicités. »   Mémoires d’Outre-Tombe.    Chateaubriand

 

 

 

Chateaubriand

 

 

 

« Le dandy doit aspirer à être sublime sans interruption. Il doit vivre et mourir devant un miroir. » Baudelaire

 


Jamais la Canne ne fut autant produite, variée et portée qu’au 19e siècle, en France et en Europe. Incrustée de pierres précieuses, sculptée, ciselée avec un soin précis, elle reste aux mains des grands, des riches.... La Canne indique la fortune, l'aisance de son propriétaire. Elle se démocratise suivant les codes d’ascension sociale, d’élégance, d’apparence et d’étiquette. Les matériaux les plus divers sont utilisés, pour sa fabrication :

 

" Ivoire, corne de Rhinocéros, jonc, rotang, bambou, bois de fer, servent à former de jolies Cannes… que le dessin, la sculpture, la ciselure enrichissent de montures d’or, d’argent, de vermeil, d’émail, de pierres précieuses. Pour le fût, la matière le plus en usage depuis le 18ème siècle, semble être le jonc de Malaisie qui ne "compte pas moins de 60 à 70 espèces ".  

 

 

                                          Canne - pommeau en agathe                                                      Cannes - art déco                                           

 

 

"L' industrie de la Canne, est l'une de celles dans laquelle Paris est sans rivale. »  Le Sport

 

 

 

        Charles Le Bargy - Duc de Guise 

          

 

« Nous devons rechercher quels agréments la canne peut donner à la conversation : ils me paraissent multiples… je dois reconnaître que je possède de merveilleux effets de canne. Ma canne est anxieuse : je suis debout et la fait osciller devant moi, avec la régularité mélancolique d’un balancier. Ma canne est amoureuse : j’en appuie câlinement la tête contre mon col, qu’elle semble baiser. Ma canne est ironique : voyez la pointe vibrer et menacer avec élégance l’adversaire que ma voix persiffle. Ma canne est désespérée : je la laisse traîner derrière moi et semble laisser sur le tapis un sillage de navrement. »

               

Charles Le Bargy  - Acteur et sociétaire de la Comédie-Française.

 

 

 

 

 

                                    1808 mode - costume parisien homme + canne - La mésangièr                                     1850 - élégants portant cannes et hauts de formes                                    Canne - mode début 19e siècle                             

 

 

« Un jeune homme de ma connaissance, promenait avec moi, un soir sous les Tilleuls de la place Bellecour. Il m’avait expressément choisi, afin de faire ressortir la coupe sublime de son habit et son gentil maintien. La conversation languissait. Que dire avec un jeune dandy qui cherche à lire en tous les yeux, l’effet produit par son passage embaumé ? Silencieux et insouciant, je portais au hasard, un vague regard sur tout ce qui passait devant moi… quand par une singulière abstraction… je n’aperçus plus que les Cannes des promeneurs ! ... une véritable forêt de Cannes.

 

Obsédé par la vue de ces Cannes, je m’écriai : 

 

« Parbleu, Monsieur, quelle sotte et ridicule manie que la manie des Cannes. Tout le monde en porte aujourd’hui. Les enfants de 4 ans portent Canne, et avant peu, les femmes s’en armeront à leur tour. Et pourquoi je vous prie ! À quoi sert la Canne ? Elle offre, je l’avoue un appui utile pour les vieillards et les infirmes, mais lorsque l’on est jeune et bien portant, elle est un embarras, un fardeau ridicule. La Canne alors, Monsieur, est une absurdité. » 

Mon jeune compagnon qui possédait un jonc magnifique, venu des îles en ligne directe, et artistiquement sculpté, bondit d’indignation, puis s’arrêta ; son œil était animé, sa voix irritée… il me saisit le bras d’un geste provocateur : 

« J’ai une Canne, Monsieur. » 

 

 

 

                                 Canne élégants 19e siècle                                                          1850 mode - élégants + canne

 

 

J’eu presque peur, j’étais prêt à reconnaître les porteurs de Canne pour des hommes d’honneur, d’esprit, voire même des hommes de génie... Après la colère, s’afficha sur le visage du jeune homme, un sourire d’ineffable mépris : il me dit d’une voix lente et dédaigneuse, tout en lorgnant une dame : vous êtes absurde mon cher. Cela est possible repris-je en toute humilité, mais enfin dites-moi… Vous demandez à quoi la Canne est utile ? Mais vous n’avez jamais réfléchi sur les bonnes manières, regardez-moi et vous sentirez toute l’importance de la Canne, entre les mains d’un homme qui sait vivre. 

 

Il fit exécuter à sa Canne, un certain nombre de moulinets et d’évolutions très gracieuses peut-être, mais dont mon cerveau tenaillant ne put en comprendre la valeur ; je lui dis d’un air hébété : mon cher Monsieur, j’ignore encore à quoi une Canne est utile... 

 

 « La Canne est d’abord une contenance. Où diable placerez-vous donc vos bras, si vous n’avez pas une Canne ?...Vous prendrez des habitudes détestables, votre démarche sans noblesse et sans agrément deviendra ridicule… On rira de vous, ou ce qui est bien pis, vous ne serez pas remarqué ! Mais ayez une Canne, Monsieur, tout change en vous et en votre faveur, c’est un véritable 89 pour vos manières… La Canne mesure votre pas, elle lui donne une assurance et une fermeté qui ne peuvent troubler ni les cailloux, ni les œillades féminines, ni les coudoiements fortuits... 

 

 

 

                                            Canne - élégants 19e canne + haut de forme                                                  Canne - élégants au 19e siècle - haut de forme mode 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                         Brummell 1805                

 

 

Voyez, Monsieur, on place la Canne perpendiculairement devant soi, on la soulève à la hauteur de la bouche ou des yeux ; de la pomme d’or toujours choisie d’une extrême élégance, on frappe de petits coups brusques et inégaux sur le front ou sur les lèvres, ou, mieux encore, on donne l’air de la ronger. N’est-ce pas là, je vous en prie, la pose du sage et du poète ? Voulez-vous figurer l’homme irrité ? Au lieu de faire la moue, d’allonger et enlaidir vos traits, recourez à votre Canne, donnez lui un mouvement vif et saccadé ; qu’elle soulève la poussière et fasse danser les cailloux. Ignorez-vous que la Canne est un infaillible moyen pour les correspondances secrètes ? Avec ce bout d’argent, Monsieur, j’ai tracé plus de 50 déclarations, donné plus de 100 rendez-vous, sans que la jalousie ait eu le moindre ombrage. 


… Arme utile, la Canne vous servira contre les attaques nocturnes, et vous pourrez avec elle, improvisez un concert à votre belle. 


Qu’est-ce, Monsieur, que la baguette du constable anglais. Une Canne ; la crosse des évêques ? Une Canne ; le sceptre des rois ? Une Canne ; et que serait un régiment sans son tambour major ? Or, le tambour major n’a de valeur que par sa Canne. À quoi distinguez-vous un médecin ? Au charlatanisme, sans doute, mais aussi  à sa Canne ; un berger ? À sa Canne… Qu’est-ce que la verge des huissiers ? Une Canne, Monsieur, une Canne… Je pourrais accumuler les exemples, et vous prouver avec l’évidence mathématique que, de tout temps et dans tous les pays, on a reconnu à la Canne une vertu secrète et puissante ; et vous l’appelez absurde ! Et vous voulez la détrôner ! 


Vandale ! 


Pour moi, Monsieur, et je le dis avec la plus profonde conviction, je préfèrerais promener en public, des bottes ferrées ou sans brillant, un habit de gros drap et formant des plis à la taille, un pantalon sans sous-pieds ou une chemise déplissée, que de me promener sans Canne. Au lieu de me décrier un meuble utile pour la vie, conformez vous à la mode, achetez une Canne, et étudiez-en l’usage. Car la Canne, oyez le bien, est le signe certain du bon ton ; un homme sans Canne n’est homme qu’à moitié ! » 


Lorsqu’il eut fini ce beau panégyrique, il essuya de son blanc foulard les gouttes de sueur que l’enthousiasme faisait découler de son front ; il rétablit une boucle de cheveux défrisée, mit en ordre sa cravate et son jabot, puis il me dit : comprenez-vous maintenant, ce que c’est que la Canne ? Je fus convaincu, et quittant mon jeune homme enthousiaste, j’achetai une Canne de 15 sous ; je dois l’avouer, je m’en suis parfaitement bien trouvé ! »

 

1837  Revue du Lyonnais

         

                                          

                                  Jeune dandy                                      

 

 

 

« Le dandysme est une hérésie de la vie élégante. » Balzac 


 

                                                                                                                                                                                                                         1845 Daumier - Les beaux jours de la vie - canne et cigare

 

 

 

En 1850, on compte plus de 300 fabricants de Cannes à Paris. Elle devient l’indispensable accessoire de la mode masculine ; ornée d’un pommeau d’or elle s’accorde aux bottes vernies et aux gants jaunes des jeunes « lions » qui fréquentent le café de Paris. Dès que son maître sort, elle l’accompagne partout, elle connaît tous ses secrets... Rien n’indique plus le caractère, que la façon dont on la tient, rien ne dévoile plus la pensée, que les gestes que l’on fait avec.

 

 

Il existe les Cannes à systèmes, de métiers, les Cannes décoratives à pommeaux d'or, d'argent, d'ivoire ou de porcelaines ; à la fin du siècle une Canne élégante vaut à Paris entre 500 et 3000 francs-or !

 

 


                                 Canne à système - montre                      Canne - pommeau directoire                      Canne - poignée en bronze femme


 

Les Cannes d'hommes célèbres, font souvent l'objet de reproductions frauduleuses. La Canne de Voltaire aurait ainsi été imitée à plusieurs centaines d'exemplaires, chacun étant persuadé détenir la vraie ! La Canne de Balzac est entrée dans la légende avec une pièce d'Emile de Girardin, où il est question d'une Canne qui rend invisible... »
    Jean Bedel 

 

 

« Canne. Prothèse du genre humain depuis la nuit des temps, symbole orné du pouvoir et de l’autorité, soutien du malade et du pèlerin, appendice vaguement phallique et menaçant à l’occasion… » Balzac

 

 

 

                                              Cannes de dandys - 19e siècle                                                      Canne - fût en jonc de Malacca.jpg

 

 

 

 

Jusqu’en 1914, la Canne à systèmes érotique, se porte bien. Il en existe de toutes sortes. Elles sont élégantes, mais rien ne permet de penser qu'elles dissimulent ou contiennent une cravache, un fouet, un martinet de flagellation. Et ce n’est pas pour se défendre !

 

« Selon Mme Choisy, on y flagellait surtout des personnalités : « Plus ils sont importants, plus ils aiment l'humiliation; un sénateur puissant, plusieurs fois ministre, et millionnaire, dit-on, vient trois fois par semaine pour s'y faire corriger. Il se met à quatre pattes, aboie comme un jeune chien et le fouet se plaît à lui zébrer les fesses ! »

 L'âge d'or des maisons closes - Alphonse Boudard

 

 

     Cannes défensives - matraque, fléau, flagellation

 

" La nature fait naître la douleur, pour honorer et servir la volupté "  Montaigne

 

 

 

« Qu’est-ce qu’un dandy anglais ? C’est un jeune homme qui a appris à se passer du monde entier : c’est un amateur de chiens, de chevaux, de coqs et de punch ; c’est un être qui n’en connaît qu’un seul, qui est lui-même ; il attend que l’âge lui permette de porter dans la société, les idées d’égoïsme et de solitude qui s’amassent dans son cœur et le dessèchent durant sa jeunesse. Est-ce là que nous voulons en venir ? » Musset   

 

 

 

 

 

 

 

                               LES ANNÉES FOLLES (1915-1929)

 

 

 

 

                                                          LouiseBrooksPistolas                                 louiseb1                         

 

 

 

Figure mythique des années 20, la garçonne symbolise la femme émancipée, rebelle. À l’image de Louise Brooks ou de Kiki de Montparnasse, la garçonne cultive l’ambivalence et trouble les esprits masculins. La garçonne ne se sépare pas de son chapeau melon, ses gants ou de sa Canne. Elle s’affiche avec un monocle et fréquente les terrasses du Select, le bar du Ritz ou celui du Fétiche à Pigalle ; elle dérange par son indépendance et son art de vivre. La Canne-poudrier de la « garçonne » ne lui servait pas qu’à se poudrer le nez : le pommeau s’avérait une excellente cachette tant pour la poudre de riz que pour la poudre à fusil, tant pour le parfum que pour le poison…

 

 

 

                     Kiki 1                         Canne poudrier                      Cannes - 1950                                              

                                                                                                    

 

 

 

 

 

 

« Être un homme utile, m’a toujours paru quelque chose de bien hideux. » Baudelaire 

 

 

                                                                                                                                                                                    Boni e Castellane - dandy canne, gants, haut de forme                                                                                                                                                                                                                                                  Boni de Castellane

 

 

 

« Enfant des faubourgs

Amoureux des guinguettes

J'ai depuis toujours

L'amour de la casquette

Mais j' trouve élégant

D'y ajouter la canne

Comme l'avait dans l' temps

Boni de Castellane

Ainsi, pour moi, se trouvent à la fois réunis

Le côté faubourien et le chic de Paris... »  M. Chevalier

 

 

 

 

 

« … Les dandys, posent une règle au-dessus de celle qui régit les cercles les plus aristocratiques, les plus attachés à la tradition, et par la plaisanterie qui est un acide, et par la grâce qui est un fondant, ils parviennent à faire admettre cette règle mobile qui n’est, en fin de compte, que l’audace de leur propre personnalité. » Barbey d’Aurevilly  

 

 

 

Dans la mouvance Art Déco, les créateurs redessinent la Canne en bois exotiques (ébène, macassar, amourette, citronnier...), aux formes simples et géométriques, aux poignées courbes en ivoire, gainées de cuir, marquetées ou incrustées.

 

 

 

                                    Art déco homme élégant                                      1922 Mode homme canne élégance                            

 

 

 

Puis la Canne, cet objet indissociable du bon goût tombe en désuétude. Inadaptée aux rythmes de la vie moderne, son usage décline… sur 40 références de Cannes dites de promenade, commercialisées par Manufrance en 1910, il n’en reste plus que 5 en 1930. Depuis, elle a pratiquement disparu de notre vie quotidienne.

 

 

 

 

                                          1845 élégant avec sa canne                                                                             Canne élégants 19e siècle mode 1

 

 

 

 

 

 

         Maurice Chevalier - canne et canotier                                             Maurice Chevalier - canne + haut de forme                                                                                 

 

« Il y a tout un art

Pour arborer la canne

Le genre égrillard

Ou l' genre de m'sieur Truman … »

 

 

 

 

 

 

                                    CHANSONS et DANDYS


 

 

LE CODE FASHIONABLE             

 

Refrain  

" Partisans de la mode

Et du noble maintien,                                              

Voici le nouveau code              

Du Dandy parisien.                                                                

                                                                                                      

Des gants couleur de paille,

Un pantalon collant,

Un habit dont la taille

Gênerait un enfant;

Puis, de bottes qui brillent

D'un vernis éclatant;

 

C'est ainsi que s'habillent

Nos lions d'à présent.

Un Beau, pour qu'on l'admire,

Doit être bon cocher,

Et doit savoir conduire

Un tilbury léger…

 

Redresser sa moustache,

En crochets menaçants,

S'épuiser sans relâche

À rajuster ses gants;

Se cambrer sur sa  Canne,

Longue d'un demi-pied,

Et parler d'un air crâne

Des assauts de Grisier...

 

Les beaux arts qu'on estime

Sont la part du bourgeois,

L'élégant parle escrime,

Chiens courants, chasse au bois;

Il cause de la Bourse

Et de pigeons pattus,

De ses chevaux de course

(Qui sont toujours battus).

 

Sur le Turf, en une heure,

Engager 20 paris,

Se faire une demeure

Du Café de Paris;

Et, pour comble d'ivresse,

Couronnant ses  hauts-faits,

Voir briller sa noblesse

Dans le club des Jockeys !" 


Texte : Antoine Vialon                         

Musique : Léo Delibes

 

 

 

                      gentlemans combattent à la canne                                                  Canne - jet set mode dessin 20e siècle                                                                                                                                                                          

 

 

 

 

 

 

UNE CANNE  ET UNE CASQUETTE

 

 

« ... La canne vous permet de faire de jolis moulinets

Et la casquette en coin vous donne un p'tit air coquinet

La la la....

Dans les cœurs féminins, quand on veut faire du chemin

Une canne et une casquette, c'est tsoin tsoin !... 

 

 ... Quand j' croise dans la rue

Une jolie silhouette

Galant, je salue

En relevant la casquette

D'un gracieux mouvement

Je redresse la canne

Tout en décochant

Un regard de tzigane

 

Et si, l'air dédaignard, la dame ne répond pas

Il ne me reste plus qu'à me la mettre sous l' bras... »


Interprète : Maurice Chevalier

 

 

                                            1891 canne Toulouse-Lautrec - Louis Pascal

 

 

 

 

UNE CANNE ET DES GANTS


« Partout même aux antipodes

L'homm' chic est sûr d'arriver

C'est pourquoi j'suis à la mode

Comm' vous pouvez en juger

Il me manquait quelque chose

Pour être un snob accompli

J'l'ai ; et j'vois la vie en rose

Malgré mes petits ennuis.


Refrain :

J'ai un chien qui gueul' tout l'temps

Un' femm' qui en fait autant

J'n'ai qu'un' vieill' liquette

C'est la dêch' complète

Ma carvat' coûtait cinq sous

Je viens de la foutre au clou !

Mais j'm'en fous j'suis élégant

J'ai un' canne : oui madame !!!

Mais j'm'en fous j'suis élégant

J'ai une canne et des gants.


Cette cann' n'est pas un' branche

De persil, ni de muguet

C'est tout simplement le manche

Du balai des cabinets

C'est rich' ça respir' l'aisance

C'n'est pas la cann' de bazar

Et de plus, ell' porte chance

Et j'en ai bien besoin car :


J'ai un chien qui gueul' tout l'temps

Un' femm' qui en fait autant… »


Interprète : Louis Boucot

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                Canne mode - élégant haut de forme et canne                                                                        1890 - costume - élégant                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cette page

Repost 0
Published by