Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

" Paname, c'est fou c'que tu peux faire causer

Mais les gens sav'nt pas qui tu es

Ils viv'nt chez toi mais t'voient jamais."

                                                                   

                                                                                                                              L'apache de Paris

 

 

 

 

 

 

 

                                   Les APACHES 

 

 

Les Apaches de

                

 Paname a toujours été une ville de voyous. De la cour des miracles médiévale aux tribus urbaines actuelles, chaque période de l’histoire a produit sa voyouterie spécifique, dont les Apaches de la « Belle Époque » restent une des références.

 

 

                                          

           Apaches à Paname - Paris                                    pistolet d'apache              

 

 

« C'est un mauvais garçon, il a des façons, pas très catholiques,
On a peur de lui, quand on le rencontre la nuit…
Ça joue du poing, d'la Canne et du chausson,
Un mauvais garçon. »   Albert Préjean

 

 

 

 

1886 : Géronimo, dernier grand chef indien, résiste dans les montagnes de l’Arizona et du Nouveau Mexique, devant l’armée américaine… Il devient un « symbole », pour de jeunes parisiens aux marges de la société, rebelles ; ils s’identifient à lui, sa bravoure et se baptisent : « Les Apaches » !
 

 

           Apaches à Paname                                   Géronimo avec son fusil                                         

 

« C'est nous qui sommes les hiboux.

Les apaches, les voyous…
Dans le jour, nous planquons nos mirettes,
Mais le soir nous sortons nos casquettes.

Nos femmes triment sur l'Sébasto
Pendant qu'nous, chez l'bistrot, dans un coin, bien au chaud,
On fait sa p'tite belote avec des mecs comme nous,
Des coquins, des apaches, des hiboux. »    Édith Piaf

 

 

 

               Les hiboux - E. Piaf

 

 

 

 

 

                                Coeur d'apache - film de Griffith
                 Coeur d'Apache - Court métrage (extrait) de  D. W. Griffith - 1912
 

 

 

 

 

 

L’Apache vit de petits cambriolages, d’agressions, d’escroqueries, et de proxénétisme : il entretient une ou deux filles. Les Apaches s’affrontent pour elles... Le milieu a ses principes : prendre la fille d’un autre, se règle au surin. Les armes à feu sont peu utilisées car non « viriles ». Les Apaches préfèrent les Cannes plombées, les poignards, les poings américains, ou les redoutables poinçons en os de moutons ; ils peuvent aller jusqu’à couper le nez ou les oreilles d’un rival.
 

 
« Les Apaches sont des dégénérés entravés de tares ignobles, tombés en dehors de l’humanité » Selon Maurice Barrès

 
                              

                                    1907 Petit Journal 3                                    Atroce vengeance d'un rôdeur, moeurs d'apache 1907                 

 

 

 

  « J'ai toujours adoré Paris quand la nuit tombe,

 Quand les loups et les chiens vont y risquer leur peau,

Les filles ont alors des accents d'outre-tombe

Pour proposer l'amour comme on offre un crapaud..."  Bernard Dimey 

 

 

L’Apache se distingue du « cave », par les vêtements : pantalons à larges pattes, souliers cirés, casquettes à la visière brisée, foulards rouges, vestes cintrées ainsi qu’une large ceinture de terrassier. Il s’exprime en argot: verlan, javanais ou louchebem, et se fait une spécialité du tatouage : il se pique un ou plusieurs grains de beauté sur le visage, en introduisant sous la peau écorchée, une mixture de charbon et d’huile… Ces jeunes « sauvages » d’à peine 20 ans terrorisent Paris ; ils possèdent leur territoire : Maquis de Montmartre, rues Pierre Leroux, de Lappe, Place Maubert, Glacière, Belleville, Les Batignolles. Ils s'affrontent avec d'autres bandes, celles de Saint-Ouen ou d'Ivry...

 

« Nous avons l’avantage de posséder, à Paris, une tribu d’Apaches dont les hauteurs de Ménilmontant sont les montagnes rocheuses. »  1900 Le Matin 

 

 

 

                                        Arrestation d'un apache de Paris                                               La lutte contre les apaches de Paris - 1905 Petit Journal                

 

 

 

Apaches Paris Anarchie 

 

 

"Qu'on le veuille ou non, les apaches sont devenus les rois de l'actualité. Il n'y en a plus que pour eux. La première page des grands quotidiens d'informations leur est tout entière consacrée avec un luxe d'illustrations tout à fait moderne."

M. Huat - L'Aurore

 

 

 

 

 

 

                       Simone Signoret apaches guinguette                 

 

 

«… Elle s’appelait Margot la Ventouse

Elle avait des yeux de velours
Elle devint un soir l'épouse
De Julot, l'empereur du faubourg…

Julot était un sale apache
On lisait, tatoué sur son front :
Vive Ravachol et mort aux vaches !
Sur sa fesse gauche : C' 't une opinion.

Il n'aimait que l' pognon des autres
Il portait un chapeau melon
Son œil gauche disait merde à l'autre
C'était un drôle de miroton
Un soir, il dit à Marguerite :
Sur le trottoir, travaille de suite… »  Paul Meurisse

 

 

 

               Mon gangster - Mistinguett

 

 

 

 

 

1902 : L’affaire "Casque d’or ".
 


               Amélie Hélie - la vraie casque d'or, reine des apaches                
                           Amélie Hélie (1879-1933) dit « Casque d’or »
 
Manda, du quartier de la Courtille et Léca, de Charonne, se disputent la belle Amélie Hélie dit « Casque d’or » ! Manda, l’ouvrier charpentier, blesse gravement Léca d’un coup de couteau.
 

 

 

 

                                                                Dominique Leca - portrait                                          Joseph Manda - portrait

                                                                Dominique Leca "l'apache des Orteaux"                                            Joseph Manda "l'apache de Popincourt"

 

 

 


La presse s’empare de ce fait-divers… cette histoire d’amour déçue, d’honneur vengé, de serments reniés se transforme en roman-feuilleton. Une simple prostituée devient « la reine des Apaches »; « Casque d’Or » après le procès,  coqueluche du Tout-Paris, pose pour des cartes postales, publie ses mémoires. La presse multiplie des reportages plus ou moins fantaisistes et parsème ses articles de mots d’argot, apprenant au bourgeois les « 350 façons d’estourbir ». Il naît un « mythe apache » : dans les quartiers chics, on donne des « bals apaches »… 
      

 

 

 

   

 

 

 

                                                                                                                 Danse d'apache - Paris

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

                       Apaches de Paris - photo de famille                          Apaches arrêtés par des gendarmes

 

 

 

« Ah plaignez les vrais parigots,

Ceux de Belleville et d’ La Villette
Ils sont victimes des gens honnêtes
Les gens honnêtes sont des salauds…
Ils nous avaient prit déjà, not’ belote et not’ java…

Avouez qu’n’nous sommes pas verjot
V’là maint’nant qu’ils nous chipent notre argot
Dans toutes les classes de la société
La langue verte est adoptée
Chacun en douce fait à sa manière
Son petit vocabulaire…

Vous gênez pas, ya du choix dans les mots
Un lit, un plume, un pucier, un pageot
Et appl’ez ça comme vous voulez moi j’men fous
Pourvu qu’dedans j’y trouve ma poule… »   Maurice  Chevalier 

 

 

Appl'ez ça comme vous voulez - M.Chevalier

 

 

 

« Le surin disparu, la balafre est vulgaire

Et le vin de Suresnes a perdu son bouquet,

Même en l'île Saint-Louis, on ne saigne plus guère,

Monsieur de la Bretonne a déserté les quais..."    Bernard Dimey 

 

 

 

                                Apaches de Paris à l'                                                            Les armes des Apaches                            

 

 

 

« Ohé ! Les apaches

À nous les eustaches

Les lingues à viroles

Les longes d’assassin

Pour le bidon des roussins

Et pour le ventre des cass’roles… »  Bruant

 

 

 

                       Bruant Aristide - La Lanterne                                          Le coup du

                                                                                                                                                 Le coup du "père François", célèbre chez les Apaches...

 

 

 

 

 

1907 : Création des fameuses "Brigades du Tigre" de Clémenceau.

 

 

 

La complainte des Apaches - Philippe Clay

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                        1952 : CASQUE D’OR - Le FILM

 

 


                Simone Signoret dans
 

 


Jacques Becker tourne « Casque d’or » avec Serge Reggiani, Claude Dauphin, Raymond Bussières et Simone Signoret ; celle ci trouve là un de ses meilleurs rôles. Le projet date de 1939 ; Julien Duvivier devait réaliser le film avec Jean Gabin… puis Yves Allégret et H. G. Clouzot.

 

 


                    Serge Reggiani et Simone Signoret dans                           Reggiani avec les apaches
 
 
      

 

« Que sont devenues les fortifications

Et les p'tits bistrots des barrières…
Où sont donc Julot
Nini, Casque d'or
Et P'tit Louis l'costaud
Si célèbre alors… »  Fréhel
  
   

 

       Fréhel - La chanson des fortifs

 

 

 

 « A Montmartre, autrefois, quand la vigne était belle,

On venait au Lapin pour écouter Frédé

Et s'étourdir le coeur à coups de ritournelles,

Aujourd'hui les clients sont durs à dérider.

 

Ils gueulent en anglais des musiques électriques,

Bruant s'est retourné tout seul dans son cercueil,

Rendez-nous pour un soir nos pianos mécaniques

Et tout ces beaux refrains dont on a fait son deuil..."     Bernard Dimey

 

 

 

 

         Dédé de Montmartre - A. Préjean    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les Apaches disparaissent après 14-18 au profit du « Milieu », contrôlant la prostitution.  

 

                            

 

                             Apaches - milieu et prostitution - Paname                                            Prostituée - Paris, paname             
 

 

 

« Apaches ? C’est vite dit que ce sont des apaches ces gars là ! Les apaches n’ont jamais porté de cravates. « Moi, j’mets jamais d’col ni d’coulant. Comme ça, on peut pas m’faire au kic ! »  A. Bruant

 

 

 

 

               Ma régulière - M. Chevalier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by